Faustin Twagiramungu et le pluralisme : Plaide pour le départ du Congolais Kabila

Redigé par I.M& NDJ
Le 6 février 2018 à 10:52

Twagiramungu Faustin,ex Premier Ministre rwandais de 1994-1995, est un opposant politique à l’Etat rwandais. Alors qu’une partie de la population RD Congolaise s’est levée contre le Président Kabila, ce vieux politicien a declaré qu’il soutien les manifestants congolais dans leur combat pour obliger le président Joseph Kabila à quitter le pouvoir.

Après les manifestations qui ont eu lieu le dimanche 21 Janvier 2018, oú les Chrétiens catholiques, accompagnés des religieux en République démocratique du Congo, se sont jetés dans la rue pour manifester contre le pouvoir du président Kabila, qu’ils qualifiaient de dictateur, Faustin Twagiramungu leur a envoyé un message de soutien. Il les a encouragés à accélérer leur élan contre le régime, jusqu’à ce que le Président quitte le pouvoir qu’il détient depuis déjà 17 ans

Il a notamment demandé au peuple congolais de ne pas baisser les bras dans la lutte qu’il mène face au pouvoir en place et de suivre les encouragements du cardinal Laurent Pasinya Monsengo.

« Ne cédez pas, suivez Son Éminence le Cardinal Monsengwo », a-t-il dit.

Sur son compte Twitter, Faustin Twagiramungu@FTwagiramungu a declaré :
Peuple #Congolais suivez la voie que vous a tracé #Lumumba le 30 juin 1960 : "Nous allons commencer une nouvelle lutte, une lutte sublime qui va mener notre pays à la paix,à la prospérité et à la grandeur". Ne cédez pas ! Suivez S.E. Cardinal Monsengwo : "Que les médiocres dégagent".

Au moment où ce vieux politicien rwandais s’exprimait ainsi, 6 personnes ont perdu leurs vies, 6 autres blessés dans les manifestations.
Différents politiciens continuent de réclamer le départ de Joseph Kabila du pouvoir, qu’ils accusent de se cramponner au pouvoir, alors que son mandat a expirédepuis 2016.

Twagiramungu qui déclare s’opposer au maintien au pouvoir de Kabila, s’est en d’autres temps opposé au pouvoir de l’ancien président rwandais Habyarimana Juvénal, avant de rallier le pouvoir FPR Inkotanyi au sein duquel il a assumé le poste de Premier Ministre.

On sent dans le vieux politicien rwandais une aspiration à la démocratie formelle occidentale qu’il mélange, pour l’appliquer à la situation socio politique rwandaise d’avant et d’après le génocide, avec un relent d’ethnocentrisme qui lui fait faire des erreurs d’appréciation.

Dans ses déclarations, il n’a rien oublié de son ancien parti dissout par le gouvernement rwandais post génocide, le MDR-Parmehutu, qui prône le règne de la démocratie ethnique. Il le dit tout haut sans faux fuyant tout en brandissant les idéaux « du règne de la majorité » de son parti Rwanda Dream Initiative créé dans son exil belge. Entendez ceci par la majorité ethnique.

A 73 ans, Twagiramungu continue d’affirmer qu’il reste politicien, même s’il devient vieux ; il croit fermement que la vieillesse physique n’est pas synonyme de la vieillesse du cerveau estimant que ses pensées restent toujours intactes.

Tient-il à la démocratie formelle ? Oui sans doute ! On remarquera qu’il est un excellent idéologue assoiffé de libertés démocratiques mais piètre politicien. Il l’a montré quand, en 1994, avec la Table Ronde de Paris pour le Rwanda qui mobilisait des fonds de reconstruction du pays exsangue avec plus de deux millions de réfugiés rwandais campant aux frontières du Rwanda, il a décidé qu’une bonne partie des fonds collectés aille à l’assistance de ces réfugiés au lieu de ramener l’entièreté de ces fonds au pays quitte à développer des stratégies de retour de ces derniers pour une reconstruction rapide du pays. Ils reviendront quand, la mauvaise cohabitation avec les jeunes Inkotanyi, il sera déjà parti pour son exil belge.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité