La COMIFAC : Rappel au bon usage des ressources forestières

Publié par IGIHE
Le 16 mars 2017 à 01:57
Visites :
56 2

La COMIFAC (Commission des Forêts de l’Afrique Centrale) renforce les capacités des délégués des pays de l’Afrique Centrale pour une meilleure gestion des ressources forestières et fauniques, selon son Secrétaire Exécutif, Raymond Ndomba Ngoye.

« Cette réunion de Kigali du 13 au 16 Mars 2017 est organisée pour chercher des moyens de mettre en œuvre l’Accord de Paris sur le changement climatique. Nos pays de l’Afrique Centrale doivent solliciter des financements auprès des bailleurs et du Fonds Vert pour le Climat à des fins de mettre en œuvre l’Accord de Paris. Le présent atelier renforce aussi les capacités des gestionnaires des forêts dans les pays de l’Afrique Centrale qui ont en commun le Bassin du Congo », a-t-il indiqué en marge de la réunion.

Pour le Secrétaire exécutif de la COMIFAC, les financements pou les projets forestiers sont disponibles. Mais pour les obtenir, il faut franchir beaucoup d’étapes.

La thématique sur le changement climatique demeure innovante et doit être sectorielle, c-à-dire elle concerne tous les secteurs de développement. Dans une même salle de renforcement des capacités, forestiers, juristes et autres experts se côtoient, car tous sont venus pour apprendre. Tous veulent comprendre ce domaine transversal qui doit être pris en compte dans l’exploitation forestière, le transport, l’habitat, tous les secteurs.

Dans les politiques publiques, le volet changement climatique doit toujours figurer en bonne place dans les secteurs d’activités. Les gens doivent comprendre que les lacs et les fleuves sèchent à cause du changement climatique.

« Comment donc nos Etats doivent s’organiser pour atténuer ou s’adapter au changement climatique ? », interroge le patron de la COMIFAC.

Cette dynamique est à intégrer dans tous les secteurs par les Etats. C’est devenu un débat mondial lors du Sommet de Paris sur le climat.

« L’humanité a son regard sur nous parce que nos forêts font partie des secteurs qui peuvent aggraver ou atténuer le changement climatique. La gestion durable de la ressource naturelle doit être maîtrisée par tous les Etats », souligné Rayomod Ndomba

« Le Bassin du Congo a cette spécificité d’avoir une biodiversité très riche, avec un taux de déforestation de 2 %. La COMFICA doit gérer ce Bassin de manière durable et pour le bien-être des populations actuelles et les générations futures. A ce propos, le Rwanda est apprécié pour son leadership et ses efforts de bonne gouvernance. C’est pour cela qu’il a eu beaucoup de financements pour de projets forestiers. Le Rwanda assure maintenant la présidence de la COMIFAC », a poursuivi Raymond Ndomba.

Il a demandé que les médias vulgarisent ce que font les responsables de la COMIFAC dans le but d’une gestion durable des écosystèmes forestiers de l’Afrique Centrale.

Avec grandlacshebdo.fr


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité