Présumée agression sexuelle à l’UL : un homme de 25 ans arrêté

Publié par La Presse/ Canada
Le 11 février 2017 à 09:47
Visites :
56 2

Un étudiant de l’Université Laval de 25 ans a été accusé d’agression sexuelle, vendredi après-midi, au palais de justice de Québec. La présumée agression aurait eu lieu aux résidences de l’Université Laval, lundi soir.

Mohammed Mehdi Ghanmi a été arrêté par les policiers de Québec en soirée, jeudi, et immédiatement rencontré par les enquêteurs. Le jeune homme est demeuré détenu durant la nuit, avant de comparaitre, vendredi après-midi, au palais de justice de Québec, pour une accusation d’agression sexuelle.

Ghanmi, un étudiant en administration logeant en résidence à l’Université Laval, a immédiatement été exclu de toute activité de l’établissement jusqu’à la fin des procédures judiciaires. Le jeune homme ne pourra non plus mettre le pied sur le campus.

Vers 21h45, lundi, le SPVQ avait été appelé à intervenir au pavillon Alphonse-Marie-­Parent auprès d’une jeune femme en état de choc, laquelle a affirmé au policier avoir été agressée dans une chambre des résidences.

Conformément à l’hypothèse avancée par les policiers au début de l’enquête, le présumé agresseur était connu de la victime, et il ne s’est pas introduit par effraction dans la chambre. Le SPVQ spécifie qu’il n’y a donc aucun lien à faire entre le possible crime et la série d’introductions par effraction et d’agressions sexuelles survenues à l’automne, au même pavillon Parent de l’Université Laval.

« C’est tout de même un autre cas dans notre communauté et c’est tolérance zéro », a admis au Soleil le vice-recteur de l’Université, Éric Bauce. Ce dernier assure que son établissement s’est montré proactif depuis la sordide série d’agressions de l’automne. Des groupes de discussion avec les locataires des résidences ont d’ailleurs commencé la semaine dernière, dans le but d’améliorer les pratiques de l’Université.

La direction évalue toujours les façons d’améliorer la sécurité dans les résidences, poursuit le vice-recteur, même s’il pointe lui aussi les circonstances très différentes de la présumée agression de lundi par rapport à celles de l’automne.

« Notre stratégie demeure d’axer sur la prévention, la sensibilisation et l’intervention », assure-t-il.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité