00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

500 étudiants bénéficient de bourses pour des études en obstétrique

Redigé par Bazikarev
Le 20 mars 2024 à 11:10

500 étudiants bénéficient de bourses pour des études en obstétrique
Dans le cadre d’un effort visant à combler le déficit en sages-femmes au Rwanda, 500 étudiants se sont vus octroyer des bourses d’études pour suivre des formations en obstétrique. Cette initiative fait partie d’un projet lancé par l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) au Rwanda.
Le projet a été inauguré le 19 février 2024 à l’East African Christian College (EACC), une université affiliée à l’Église anglicane au (...)

500 étudiants bénéficient de bourses pour des études en obstétrique

Dans le cadre d’un effort visant à combler le déficit en sages-femmes au Rwanda, 500 étudiants se sont vus octroyer des bourses d’études pour suivre des formations en obstétrique. Cette initiative fait partie d’un projet lancé par l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) au Rwanda.

Le projet a été inauguré le 19 février 2024 à l’East African Christian College (EACC), une université affiliée à l’Église anglicane au Rwanda.

Il s’inscrit dans la stratégie nationale visant à quadrupler le nombre de professionnels de santé spécialisés en obstétrique, qui ne sont actuellement que 1200 dans tout le pays.

Cette annonce fait suite à une récente déclaration du ministre de la Santé, Dr Sabin Nsanzimana, soulignant le manque criant de sages-femmes au Rwanda, où seulement deux professionnelles sont disponibles pour assister les 14 accouchements qui ont lieu chaque nuit.

Le Dr Papias Musafiri Malimba, recteur de l’EACC, a salué l’impact de ces bourses pour augmenter le nombre d’étudiants en obstétrique, un domaine souvent délaissé en raison des coûts d’études élevés qui dissuadaient de nombreux candidats talentueux mais aux moyens limités.

"Premièrement, cela nous aide à augmenter le nombre d’étudiants, en particulier dans ces programmes scientifiques liés à la santé où l’engouement était faible, car de nombreux étudiants n’avaient pas les moyens financiers.

Ces bourses ouvrent donc des opportunités à ceux qui ont l’intelligence et l’ambition d’étudier, mais faisaient face à des obstacles financiers", a-t-il déclaré.

Parmi les 500 boursiers, 240 étudient à l’EACC, 98 à l’Institut Catholique de Kabgayi (ICK) et 162 à Kibogora Polytechnique.

Mutoni Ange, une boursière à Kibogora, s’est réjouie de voir son rêve d’être sage-femme se réaliser, après avoir craint de devoir y renoncer faute de moyens pour payer les frais de scolarité.

"J’étais ravie d’apprendre que j’avais été sélectionnée pour cette bourse, car je pensais que mon rêve d’enfant de devenir sage-femme ne se réaliserait jamais.
[...] Poursuivre des études était un défi, trouver l’argent pour les frais de scolarité était difficile car mes parents avaient des revenus limités pour subvenir aux besoins de notre grande famille", a-t-elle confié.

260 des boursiers sont des hommes et 240 des femmes. Ils étudient dans le cadre du projet ’USAID Ireme’ de l’USAID Rwanda, mis en œuvre par Management Sciences for Health (MSH), une organisation non gouvernementale internationale visant à améliorer les soins de santé dans les pays en développement. Les étudiants sont inscrits en licence et en master.

Anita Asiimwe, représentante du projet Ireme, a exhorté les étudiants à viser l’excellence, car ils seront déployés dans les zones les plus prioritaires du pays une fois leurs études terminées.

"Nous sommes ici aujourd’hui pour lancer ce processus, mais nous envisageons déjà le moment où vous aurez tous obtenu vos diplômes. Le ministère de la Santé vous affectera alors dans les régions qui ont le plus grand besoin de vos compétences, afin que vous puissiez travailler ensemble pour que les mères accouchent dans les meilleures conditions possibles", a-t-elle déclaré.

Marian Wentworth, directrice de MSH, a félicité le Rwanda pour son programme visant à développer les ressources humaines en obstétrique, assurant que son organisation contribuera à la réalisation de cet ambitieux projet.

La directrice de l’USAID au Rwanda, Ana Bodipo-Mbuyamba, a adressé ses vœux de réussite aux boursiers, les exhortant à se rappeler l’importance de leur futur travail pour améliorer la vie de nombreuses personnes, en particulier la santé des mères et des nouveau-nés.

Le Dr Menelas Nkeshimana, responsable du développement des ressources humaines au ministère de la Santé, a également remercié les partenaires pour leur soutien à la mise en œuvre de ce programme crucial pour augmenter le nombre de professionnels de santé qualifiés au service des Rwandais.

Les partenaires du ministère de la Santé présents lors de cet événement.
L'East African Christian College dispose d'équipements suffisants pour démontrer la condition du fœtus et du nouveau-né, ainsi que les soins appropriés à leur prodiguer.
Les participants à cet événement ont eu l'occasion de visiter les installations de formation en obstétrique de l'East African Christian College.
L'East African Christian College dispose d'équipements modernes et d'enseignants hautement qualifiés pour la formation en obstétrique.
L'East African Christian College est équipée d'installations et de professeurs de pointe pour l'enseignement de l'obstétrique.
Anita Asiimwe, représentante du projet USAID Ireme, a rappelé à ces étudiants qu'un bel avenir les attendait dans la profession de sage-femme au Rwanda dans les années à venir.
Dr Menelas Nkeshimana, responsable du développement des ressources humaines au ministère de la Santé, a remercié les différents partenaires pour leur contribution à la mise en œuvre de ce programme.
Marian Wentworth, directrice de l'organisation MSH, a félicité le gouvernement rwandais pour son programme visant à quadrupler le nombre de professionnels de la santé spécialisés en obstétrique.
Le Dr Papias Musafiri Malimba, recteur de l'East African Christian College (EACC), a déclaré que ces bourses contribueront à augmenter le nombre d'étudiants en obstétrique, qui étaient jusqu'à présent trop peu nombreux.

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité