00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Littérature « Dorcy Rugamba et Roland Rugero » invités pour une soirée consacrée à la littérature contemporaine

Redigé par Karirima À.Ngarambe
Le 9 septembre 2013 à 07:02

IGIHE a interviewé Dorcy Rugamba, écrivain rwandais invité par la Maison de Rousseau et de la Littérature de Genève, en Suisse le 17 septembre prochain pour une soirée consacrée à la littérature contemporaine. Cette soirée prévue pour débuter à 20 H aura pour invités principaux Dorcy Rugamba et le romancier burundais Roland Rugero. Cette soirée organisée en partenariat avec le Festival Babel de littérature, sera animée par Jean Richard, éditeur lausanois des Editions d’en bas. La soirée comportera la (...)

IGIHE a interviewé Dorcy Rugamba, écrivain rwandais invité par la Maison de Rousseau et de la Littérature de Genève, en Suisse le 17 septembre prochain pour une soirée consacrée à la littérature contemporaine. Cette soirée prévue pour débuter à 20 H aura pour invités principaux Dorcy Rugamba et le romancier burundais Roland Rugero. Cette soirée organisée en partenariat avec le Festival Babel de littérature, sera animée par Jean Richard, éditeur lausanois des Editions d’en bas. La soirée comportera la lecture de plusieurs œuvres. Notamment de "Gamblers ou la dernière guerre du soldat Hungry" de Dorcy Rugamba et "Baho" de Roland Rugero.


IGIHE : Que représente l’écriture pour vous ?

Dorcy Rugamba : L’écriture est un moyen d’être au monde, d’être en interaction avec le temps et le lieu où l’on vit, en questionnant à chaque étape de sa vie la place qu’on occupe au milieu des autres. Toute expérience, la nôtre, celle de gens qu’on côtoie conti ent en son sein - pour peu qu’on ne s’attarde pas aux anecdotes – une situation allégorique au devenir humain. C’est tout l’intérêt que je trouve au travail d’écriture : dégager des situations singulières ce qu’elles contiennent de générique au drame commun de tous les hommes

IGIHE : Sur quoi porte Gamblers ?

Dorcy Rugamba : Gamblers est le deuxième volet d’un travail de fiction que je consacre à l’économie mondiale. le premier texte Market Place qui va être publié en italien au Festival Babel, est un affrontement idéologique entre un théoricien de la décroissance et un tenant de l’ultralibéralisme économique. « Gamblers » porte sur le même thème mais dans un traitement complètement différent. C’est un drame à quatre voix, qui porte sur l’industrie du pétrole, vu au nord comme au sud du globe.

Dorcy Rugamba

Dorcy Rugamba est écrivain et metteur en scène rwandais diplômé en art dramatique au Conservatoire Royal de Liège. En 1999, il co-écrit Rwanda 94, une pièce fleuve de 6 heures. Créée au Festival d’Avignon par la compagnie belge Groupov, puis présentée en Europe, en Amérique et en Afrique, cette pièce est plusieurs fois primée par la critique. Dorcy Rugamba poursuit son travail d’écriture, avec notamment « Bloody Niggers » , « Aller retour au Paradis », et plus récemment « Gamblers ou la dernière guerre du soldat Hungry ». Il joue dans plusieurs de ses pièces, ainsi que des textes d’Amadou Hampaté Bâ, Shakespeare, James Baldwin ou Peter Weiss, sous la direction de Jacques Delcuvellerie, Peter Brook, Habib Nagmouchin ou Rosa Gasquet. En 2011, il met en scène sa dernière pièce, Gamblers après avoir monté L’Instruction de Peter Weiss, une pièce documentaire sur le procès des responsables nazis du camp d’Auschwitz. Dorcy Rugamba est aussi le fondateur de la compagnie Urwintore, et de l’agence de promotion des arts, Rwanda Arts Initiative, à Kigali.

Gamblers ou la dernière guerre du soldat Hungry

Dans le Delta du Niger, le sol est gorgé d’un trésor qui attise toutes les convoitises, le "Bonny Light crude", le pétrole le mieux coté au monde sur le marché des hydrocarbures. Fool le Businessman, Pat Robertson le Néo-conservateur, Uprising le Jeune Idéaliste et Hungry un ancien soldat revenu de tout, s’affrontent dans un western moderne pour l’argent du pétrole.
Les quatre hommes se retrouvent la même nuit dans une clairière autour d’un pipeline sans s’y être donné rendez-vous ! Il y a de l’or à prendre et pas seulement dans l’oléoduc. Au-dessus de leurs têtes, perché sur une branche, un vautour attend son heure.

Roland Rugero

Roland Rugero né le 22 février 1986 au Nord de Bujumbura, la capitale du Burundi, est l’aîné d’une famille de six enfants. En 1993, après l’assassinat de Melchior Ndadaye, le premier président démocratiquement élu du Burundi, Roland Rugero et sa famille quittent Bujumbura, pour le Rwanda puis pour la Tanzanie. Il publie un premier roman en 2006, Les Oniriques(éd. Publibook), puis des récits parmi lesquels Mama Tomati dans le recueil In-dépendance (éd. Soma, 2012). Son deuxième romand Baho ! est publié en 2012 (éd. Vents d’ailleurs). Il travaille actuellement à son troisième roman qui devrait paraître en 2014. L’écrivain, également journaliste et scénariste, est très engagé sur la scène culturelle burundaise. Co-initiateur animateur du café-littéraire Samandari, il est l’initiateur du Prix littéraire Michel Kayoya et de l’Andika Prize.

Baho ! (éd. Vents d’ailleurs, 2012)
Dans une vie d’entre-deux-guerres, un village au travail voit ses peurs et ses rancœurs révélées par un fait divers anecdotique et presque drôle : un muet pris d’une envie soudaine de déféquer (était-ce l’eau saumâtre du matin ?) demande à une jeune fille par des gestes explicites les latrines les plus proches. Seulement, dans un monde où la violence a formé les âmes simples, les gestes les plus anodins peuvent être interprétés comme des agressions réelles. Cette jeune fille, se croyant ainsi l’objet d’une tentative de viol, hurle, crie, alerte. Le pauvre hère, comprenant la méprise, croit que courir le sauvera. Pourtant, cela devient un véritable aveu de culpabilité et le conduit inexorablement au gibet, où la vindicte populaire pourra montrer l’étendue de ses peurs. Petit à petit, à travers les passés traumatisés des acteurs de cette histoire, on assiste aux interrogations de tout un peuple sur ce que sont la justice et la difficulté d’être ensemble…

À force d’évoquer l’inavouable, celui-ci s’est produit !


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité