Urgent

L’OLUCOME dénonce les malversations dans l’octroi des marches publics

Redigé par Alida SABITEKA
Le 20 novembre 2013 à 02:42

L’OLUCOME a organisé une conférence de presse ce mercredi pour informer le public des malversations qui se cachent derrière l’octroi des marchés publics. Ici, l’accent a été surtout mis sur l’achat du matériel défectueux et des services non-rentables spécialement au Ministère de la Santé et celui du Ministère des Finances.
L’OLUCOME (Observatoire de Lutte contre la Corruption et les Malversations Économiques) par le biais de son Président, Gabriel Rufyiri, a exprimé leurs inquiétudes dans l’octroi des (...)

L’OLUCOME a organisé une conférence de presse ce mercredi pour informer le public des malversations qui se cachent derrière l’octroi des marchés publics. Ici, l’accent a été surtout mis sur l’achat du matériel défectueux et des services non-rentables spécialement au Ministère de la Santé et celui du Ministère des Finances.

Gabriel RUFYIRI, président de l'OLUCOME

L’OLUCOME (Observatoire de Lutte contre la Corruption et les Malversations Économiques) par le biais de son Président, Gabriel Rufyiri, a exprimé leurs inquiétudes dans l’octroi des marchés publics qui cachent des malversations économiques poussées. C’était au cours d’une conférence de presse que Gabriel Rufyiri a dit que le pays observe des pertes énormes et inexplicables au détriment d’un groupe restreint de gens qui mettent en avant leurs propres intérêts.

L’OLUCOME interpelle le gouvernement à suivre de près l’octroi du marché en cours d’un montant d’un million (1.000000 fbu) qui vise l’achat d’un appareil appelé « centre de dialyse ». Ici, Rufyiri s’appuie sur deux marchés antérieurs qui ont valu une perte considérable à l’Etat. Il a été cite l’achat d’un « radiographie » pour l’Hôpital Roi Khaled et un « scanner » pour l’Hôpital Prince Régent Charles, deux appareils qui ont couté chers mais n’ont jamais fonctionné. Un autre marché qui a été mentionné en guise d’exemple est le marché N˚DNCMP/61/S/2012 de conception, installation et paramétrage d’un logiciel de gestion et suivi budgétaire au Ministère des Finances qui, jusque-là, n’a pas encore fonctionnel.

L’OLUCOME se demande pourquoi le ministère de la Sante continue à attribuer les marchés à des entreprises qui offrent des services lacunaires. Cette organisation déplore également l’aspect illégal de ce marché en cours car, dit-elle, il a été attribué sans aucune compétition alors que la loi l’exige.

A cette occasion, l’OLUCOME demande à l’État de bien vouloir s’acquitter de sa tache de régulateur pour sanctionner sévèrement ceux qui se cachent derrière leurs pouvoirs pour s’enrichir. Elle souhaite aussi une transparence dans l’octroi des marches, que ça soit plus des marches de gré à gré mais des marchés ouvert à tous.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité