00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Comment la zone de libre-échange continentale africaine va stimuler le commerce intra-africain

Redigé par IGIHE
Le 19 mars 2018 à 09:53

L’accord sur la zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA) devrait augmenter de manière significative le commerce intra-africain d’environ 52%, ont indiqué des responsables de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique.

Actuellement, le commerce intra-africain est de l’ordre de 16 pour cent, une partie des experts l’accusant de barrières tarifaires et non tarifaires.

Jamie Alexander MacLeod, chercheur au Centre de politique commerciale de l’Afrique de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), affirme que la suppression des tarifs grâce à la mise en œuvre de l’accord peut accroître le commerce intra-africain de 52%.

Une réduction supplémentaire des barrières non tarifaires pourrait encore stimuler le commerce, a-t-il observé

Avec des tarifs moyens d’environ 6,1 pour cent, les entreprises africaines sont actuellement confrontées à des droits d’importation plus élevés lorsqu’elles exportent en Afrique que lorsqu’elles exportent en dehors du continent, ont montré plusieurs indices.

Le commerce à l’intérieur du continent pourrait être stimulé par l’élimination des droits de douane, facilitant ainsi le commerce des entreprises africaines sur le continent, l’accès au marché africain en pleine croissance et leur profit.

MacLeod a déclaré que les exportations intra-africaines sont plus diversifiées et utiles au développement de l’Afrique que le commerce extérieur du continent.

Le commerce extérieur de l’Afrique comprend principalement des produits d’extraction tels que les combustibles et les minéraux, qui sont facilement affectés par les prix des produits de base et les chocs économiques.

Le renforcement du commerce intra-africain, a-t-il déclaré, entraînera une croissance à plus long terme, des investissements étrangers plus importants et contribuera aux ambitions d’industrialisation du continent.

Expliquant les projections, Stephen Karingi, directeur de la Division du développement des capacités de la CEA, a déclaré que les projections étaient basées sur les niveaux du commerce intra-africain de 2010, qui étaient d’environ 11% à l’époque.

Il est important de noter que la majorité de la croissance attendue concerne les produits manufacturés, ce qui entraînera la création de plus d’emplois et la croissance économique.

Environ les deux tiers de la croissance sont consacrés aux produits manufacturés, car le continent a tendance à vendre davantage de produits à valeur ajoutée.

« Lorsque la croissance des échanges avec la plupart des produits à valeur ajoutée s’accroît, il y a toujours une croissance de la qualité des emplois lorsque le secteur manufacturier se porte bien. Parmi les secteurs qui bénéficieront le plus, se trouve le secteur agricole ", a déclaré M. Karingi.

Le secteur des services étant important dans la plupart des économies, il a noté que ce secteur serait l’un des principaux générateurs d’opportunités, en particulier en ce qui concerne l’inclusion des jeunes et des femmes dans le développement.

"La plupart des économies en Afrique sont constituées du secteur des services. En ouvrant le secteur des services, vous créez des opportunités pour les jeunes et les femmes. Certaines PME sont dans le secteur des services. Le secteur privé aura une chance de se développer, de créer des emplois et d’avoir un effet multiplicateur ", a-t-il déclaré.

La mise en œuvre de l’accord devrait en outre conduire à la création de plus d’emplois pour la population croissante du continent en permettant la croissance des secteurs manufacturiers et en réduisant la dépendance à l’égard des exportations extractives.

Les exportations extractives, sur lesquelles se base actuellement le commerce de l’Afrique, consomment moins de main-d’œuvre que les biens manufacturés et agricoles qui en bénéficieront le plus.

Les petites et moyennes entreprises figurent également parmi les principaux bénéficiaires potentiels. Les PME représentent environ 80% des entreprises de la région.

La plupart de ces entreprises auraient été confrontées à des difficultés en pénétrant des marchés plus avancés, mais pourraient en grande partie être mieux positionnées pour exploiter les destinations d’exportation régionales grâce à l’accord.

Les PME pourraient également en bénéficier en facilitant la fourniture d’intrants aux grandes entreprises régionales.

Les experts ont apaisé les craintes des impacts négatifs de l’accord, en disant que les avantages l’emportent largement sur les conséquences négatives.

La mise en œuvre de l’accord devrait entraîner des pertes en termes de recettes douanières d’environ 4 milliards de dollars EU pour le continent. Les avantages, selon les experts, seront toutefois plus de quatre fois plus élevés, en particulier grâce à la baisse des prix des biens de consommation.

M. Karingi a expliqué que la mise en œuvre de la ZLEC donnera aux pays une chance de revoir leur politique fiscale et fiscale afin de faire de la place pour de nouvelles sources de revenus à mesure que les économies croissent.

"Pour nous en tant que CEA nous considérons la mise en œuvre de la ZLEC comme une opportunité pour aborder certains de nos problèmes de finances publiques. Si vous perdez des revenus en raison de l’ouverture, cela vous donne l’occasion d’examiner l’architecture de l’administration fiscale et votre politique fiscale. Tant qu’il y aura croissance du commerce et croissance économique, vous aurez de nouvelles sources de revenus au fil du temps qui généreront probablement beaucoup plus de revenus ", a-t-il expliqué.

Environ 35 pays ont jusqu’à présent confirmé leur participation au Sommet extraordinaire de l’Union africaine à Kigali, où l’accord sera signé mercredi.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité