Urgent

Butaro : la jeune Nyirankunzwenimana fabrique du sucre de betterave

Redigé par IGIHE
Le 13 octobre 2020 à 01:52

Euphrasie Nyirannunzwenimana est une jeune fille qui a entrepris de fabriquer du sucre dénommé SUGIRA à partir de la bétterave dans le District de Burera. A ce jour, elle a créé de l’emploi pour 90 jeunes gens parmi eux 30 jeunes filles mères.

a monté son affaire depuis trois ans après avoir pensé à la question de la diétetique pour diabétiques et les obèses pour qui le sucre industriel est contre indiqué.

SUGIRA dans le programme national Zamukana Ubuziranenge

Cette jeune femme entend faire prospérer son entreprise. Elle se fait prodiguer des conseils de RSB/Rwanda Standards Board qui assister les microentreprises rwandaises par le biais de son programme ZAMUKANA UBUZIRANENGE (Grandis dans le strict respect des normes de production).

Le jus de betterave en bouteille, un autre produit de l'entreprise SUGIRA

"J’ai sollicité l’encadrement du Programme Zamukana Ubuziranenge en 2017. Ce programme m’a aidé à écouler mes marchandises sur les marchés local et étranger. J’ai bénéficié de ce programme beaucoup de formation qui m’ont aidé à affiner davantage la qualité de mes produits", a dit la jeune dame confiant qu’elle recevra pour bientôt son certificat Smark délivré par RSB et lui permettant de joindre tous les marchés internationaux pour son produit SUGIRA.

Cette jeune femme remercie le Programme Zamukana Ubuziranenge qui l’a aidé à entrer sur le marché quand bien même son produit n’est pas encore certifié conforme parce que certaines étapes, dit-elle, ne sont pas encore atteintes.

Sucre SUGIRA ; bon pour les diabétiques

"Avant la pandémie de Covid19, mes recettes de vente pouvaient atteindre 9 millions par mois. Actuellement je suis tombée très bas pour ne réaliser que quelques deux millions seulement de recettes à cause de cette pandémie qui a fait que nous avons réduit les ouvriers de 30%, les matières premières venant à se procurer difficilement", a confié Nyirankunzwenimana disant que même les marchés se sont conséquemment réduits.

Cette jeune femme combattive dit avoir bénéficié de crédits d’une institution locale appuyant les jeunes gens dite BDF/Business Development Fund mais que la période de la pandémie de la Covid19 a impacté négativement sur le chiffre d’affaire de son entreprise.

"Je ferai tout pour contracter d’autres crédits bancaires pour étendre mes activités et donner de l’emploi à plus de jeunes gens", a-t-elle décidé.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité