Urgent

La société civile rwandaise intervient contre la révision à la hausse des prix des services de base : le transport

Redigé par NDJ
Le 23 octobre 2020 à 01:00

Intervenant au cours de ce dimanche 18 octobre, à une émission de TV10, la Présidente de TI-R/Transparency International-Rwanda Chapter, s’est révoltée contre une hausse intolérable des prix des services de transport en commun. Elle a accusé les cadres de RURA/Rwanda Utility Regulation Agency de servir les capitalistes possesseurs de charrois automobiles au lieu de protéger le pouvoir d’achat des petits consommateurs de leurs services. Pour elle, cela est insupportable pour la poche du simple citoyen.

"Je sais qu’on va me traiter de tous les maux mais j’ose le dire. Au sein de la RURA, il doit y avoir des cadres soucieux de voir les citoyens faire de la désobéissance civile à cause des prix surélevés des services de transport. On se demande sur quels critères ils se basent pour fixer ces prix. Et pourquoi tous les utilisateurs des services de transport en commun se plaignent et se lamentent de l’inaccessibilité de ces services", a dit Immaculée Ingabire, présidente de Transparency International Rwanda Chapter accusant ces officiels de RURA d’être à l’écoute des gros investisseurs en transport en commun, ceux-là même qui ont fait de ce secteur uun monopole.

Bien avant elle, de grands noms de la société civile dont le Député Frank Habineza, la chanteuse Clarisse Karassira, la modéliste Shadia Mbabazi alias Shadboo avaient protesté contre cette hausse des prix de transport sur leurs comptes twitter.

Un gouvernement à l’écoute de la société civile

"J’ai cherché la cause de cette hausse mais je ne l’ai pas trouvée. De un le prix de l’essence à la pompe n’a pas monté. Au contraire il a baissé. Et cela partout au monde. Mais voilà ! RURA, dans sa plénipotence de par le pouvoir que lui confère la loi, a décidé de hausser les prix de services de transport", s’est révoltée la dame trouvant qu’il est grand temps de hausser la voix pour que le Capital rwandais ne continue pas a empuantir l’atmosphère sociale.

"Je demande aux élus du peuple rwandais dont le Président de la République et les députés de bien étudier cette situation intenable",a-t-elle ajouté jouant pleinement son rôle d’alerte.
Du côté de RURA, la chanson est la même. "Le principe est que chaque année la grille des prix des services de transport sont actualisés", a dit le Dr Benjamin Rutimirwa qui va dans la logique que du fait du déséquilible de la balance commerciale enregistré chaque année en terme d’import-export et donc de dépréciation du franc rwandais face au dollar, les prix sont condamnés à la hausse.

Donc les investisseurs rwandais tiennent haut le pavé. Face à cette pression de la société civile, RURA sur ordre de la Primature rwandaise, a décidé que les prix reviennement momentanément à ce qu’ils étaient avant l’apparition de la pandémie du Codid 19.
Mais jusque à quand ?
Quelles sont les stratégies arrêtées pour résorber le déséquilibre de la balance commerciale du pays ? C’est là la clé de ce gros défi.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité