Urgent

Présidentielle ugandaise : le Candidat Bob Wine donne du tonus à la démocratie ugandaise

Redigé par NDJ
Le 3 novembre 2020 à 05:54

Ce mardi 3 novembre 2020, le très remuant artiste-député Robert Kyagulanyi Ssentamu alias Bobi Wine a présenté sa candidature à l’élection présidentielle ugandaise de février prochain. Cette candidature vient suivant celle de Museveni, 76 ans, et 34 ans au pouvoir, mais aussi celle des généraux à la retraite l’ex-Chef d’Etat Major de l’armée Mugisha Muntu et l’ancien Chef du Contre espionnage ugandais Henry Tumukunde.

Yoweri Museveni, President de l'Uganda, 35 ans de pouvoir

Cette élection ne sera plus une mascarade. La candidature de ce jeune musicien, moyennant comme tous les autres le versement de 20 millions de shillings, soit env. 5.000 $, honore la démocratie ugandaise. Reste à voir s’il n’y aura pas de casse ou de violence caractérisée.

« Je suis prêt à affronter Yoweri Kaguta Museveni qui ne veut pas lâcher le pouvoir, cet homme qui a malmené et écartelé le pays », a dit Bobi Wine qui va plus loin et, pour motiver sa candidature, déclare que « depuis la date de l’indépendance ugandaise, le pays n’a jamais connu une passation pacifique de pouvoir ».
Pour Tumukunde, c’est plutôt la carte de l’indépendance du budget national et de lutte contre le gaspillage des ressources nationales.

Gen. Mugisha Muntu, ex- Chef d'Etat Major General de l'UPDF

Museveni quant à lui met en garde contre les individus qui devisent de préparer les violences durant les élections. Mugisha Muntu semble lui aussi avoir un discours creux, vide de contenu. Pas de projet de société. Rien ! « Demain ce sera un grand jour pour les changements dans notre pays », a-t-il simplement déclaré à la presse après le dépôt de sa candidature.

Robert Kyagulanyi alias Bobi Wine, candidat des jeunes et des pauvres

Bobi Wine, Idole des jeunes, candidat des classes sociales pauvres
Le musicien parlementaire promet de lutter pour les intérêts des petites classes sociales pauvres. Il annonce qu’il sera le candidat de tous ceux qui sont injustement traités par le régime actuel en Uganda. « Je défendrai les commerçants qui sont surtaxés, l’accès facile à l’enseignement des enfants qui, faute de frais élevés, sont déscolarisés. Je promouvrai l’emploi pour tous », a déclaré Bobi Wine qui a fustigé le régime de Museveni pour lequel avoir accès à la justice nécessite d’abord verser des pots-de-vin.

Aussitôt au pouvoir, « je reverrai à la hausse les salaires des policiers et gardiens de prison et la solde des militaires ». Bobi Wine fait la fierté des citoyens ugandais. Il oppose à la violence policière sous commande, des manifestations pacifiques.
Mais encore une fois la démocratie en Afrique montre des balbutiements surtout que Museveni au pouvoir fait fonctionner toutes les institutions étatiques y compris l’armée, la police et l’administration pénitentiaire pour réprimer un candidat qui prend distance avec lui.

Mais le cas de Bobi Wine, le civil ayant une langue bien pendante et qui reste dans la légalité et l’ordre des actions qu’il pose, lui avec ses partisans, il devient un sérieux tracas de Museveni qui, autrefois, profitait des erreurs de ses adversaires, les Besigye et consorts.

Gen. Henry Tumukunde, ex DG du service de Contre espionnage

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité