00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

La suspension de trois médias internationaux par le Soudan soulève des inquiétudes sur la liberté de presse

Redigé par Bazikarev
Le 5 avril 2024 à 11:06

Le gouvernement soudanais a annoncé la suspension de trois chaînes de télévision internationales - Al Arabiya, Al Hadath et Sky News Arabia - accusées de manque de professionnalisme, d’opacité dans leurs opérations et de ne pas avoir renouvelé leurs licences pour opérer au Soudan. Cette décision, prise par le ministère de la Communication, intervient dans un contexte de tensions croissantes entre les autorités soudanaises et les médias depuis le début du conflit armé qui secoue le pays depuis avril 2023.

La chaîne Al Hadath a exprimé sa surprise face à cette suspension, affirmant n’avoir reçu aucune notification préalable de la part du gouvernement soudanais. Sur la plateforme X, un représentant de la chaîne a déclaré : "Nous avons été surpris d’apprendre la décision de suspendre Al Hadath et Al Arabiya sur les ondes de la télévision nationale."

Le Syndicat des journalistes soudanais a vigoureusement condamné cette action, la qualifiant d’atteinte grave à la liberté d’expression et à l’indépendance journalistique. "L’arrêt des émissions et le blocage des journalistes professionnels vont non seulement réduire au silence des voix médiatiques essentielles, mais également ouvrir la voie à la désinformation et à la propagation de discours haineux," a déclaré un porte-parole du syndicat.

Ce conflit met aux prises les forces armées de la transition soudanaise, dirigées par le général Abdel Fattah al-Burhan, et les Forces de soutien rapide (RSF) sous le commandement du général Mohamed Dagalo, également connu sous le nom de ‘Hemedti’. Les deux factions s’affrontent pour le contrôle du pays, avec un mouvement populaire croissant appelant à un gouvernement civil.

Les critiques internationales concernant cette suspension soulignent l’importance de la liberté de presse, surtout dans un pays en crise comme le Soudan, où l’accès à des informations fiables est crucial pour la population. Cette mesure a été interprétée par certains observateurs comme une tentative de contrôler le narratif autour du conflit en cours, limitant ainsi la capacité des citoyens et de la communauté internationale à obtenir une image claire de la situation sur le terrain.

Les organisations internationales de défense de la liberté de presse ont appelé le gouvernement soudanais à reconsidérer sa décision et à permettre à tous les médias de fonctionner sans entrave, en soulignant que la préservation d’un espace médiatique ouvert et diversifié est essentielle pour le processus démocratique et la stabilité à long terme du Soudan.

Le gouvernement soudanais a accusé ces médias de manquer de professionnalisme.

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité