00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Kagame, politique technologique et universités américaines : 3è mandat ?

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 23 avril 2014 à 09:39

En ce mardi, 22 avril, il était l’hôte de MIT (Massachussett Institute of Technology) où les discussions avec les doyens des facultés ont focalisé sur les thèmes de l’énergie, la gestion et le développement. Le président a tenu à montrer les opportunités actuelles et à venir de collaboration avec le Rwanda dans ces secteurs. Par après, le Président Paul Kagame a visité Tufts University où il s’est adressé aux étudiants. Son allocution a tourné autour de la reconstruction du Rwanda d’après génocide des (...)

En ce mardi, 22 avril, il était l’hôte de MIT (Massachussett Institute of Technology) où les discussions avec les doyens des facultés ont focalisé sur les thèmes de l’énergie, la gestion et le développement. Le président a tenu à montrer les opportunités actuelles et à venir de collaboration avec le Rwanda dans ces secteurs.

Par après, le Président Paul Kagame a visité Tufts University où il s’est adressé aux étudiants. Son allocution a tourné autour de la reconstruction du Rwanda d’après génocide des Tutsi de 1994 avant de montrer que certaines puissances occidentales ont joué un rôle essentiel dans la faillite de l’Etat rwandais en attisant un conflit interne au Rwanda en 1994 et en n’intervenant pas pour y mettre fin.

Quid du 3ème mandat ?

Un étudiant est intervenu à propos de son probable troisième mandat à la tête de son pays.
« Depuis que je suis entré en fonction, il m’a toujours été demandé si je vais partir à la fin du deuxième mandat (légal) ou si je vais briguer un troisième. C’est comme si je ne suis en fonction présidentielle que pour quitter. Je suis au service des citoyens rwandais », a-t-il indiqué à son audience.

L’Agence Reuters rapporte que Kagame a dit aux étudiants de Tufts University qu’il était très tôt de se prononcer au sujet de sa reconduction ou non pour le troisième mandat pour ajouter : « à toute situation qui surgira, nous aurons une explication à donner ».

Justifiant ses propos, Kagame est certainement conscient de ses réalisations actuelles qui s’accompagnent de l’évolution du niveau de compréhension et de conditions sociales des citoyens :

« Nous avons appris une leçon de notre histoire selon quoi un peuple est responsable de son destin et de ses défis auxquels il doit apporter lui-même une solution. Auquel cas où il est obligé d’attendre une solution de l’étranger, il doit périr », ainsi s’est-il adressé aux étudiants avec une latitude de visionnaire du Rwanda nouveau.

Transfert de technologies, coopération scientifique :condition de redécollage ?

Pour le Président Kagame, le jeu politique doit être soutendu par une politique économique menant au renforcement de capacités scientifiques et technologiques de la jeunesse.

Après les accords d’implantation de la branche de l’université américaine Carnegie Mellon au Rwanda signés l’an passé, la politique en matière d’éducation au Rwanda se penche sur une collaboration tous azimuts avec les universités étrangères qui auront prouvé leurs avancées dans le domaine de la recherche scientifique et technologique.

Une coopération interuniversitaire à attiser

Aux USA, Kagame sillonne les universités américaines en quête d’élévation du niveau de la qualité de l’enseignement du Rwanda comme base d’un durable développement futur du Rwanda et de changement de fond en comble des relations de production du Rwanda.

« Le président Paul Kagame a visité le Laboratoire Athmospheric Chemistry du Département de Sciences de la Terre, de l’Atmosphère et des Planètes. Par après, il a eu une séance de débat avec les professeurs de MIT enseignant les branches d’énergie, de gestion et de développement », rapporte The new Times de ce 22 avril qui a suivi le Président dans son voyage.

Selon le quotidien de Kigali, une coopération entre MIT et le Rwanda fait son chemin avec les projets Rwanda-MIT Climate Observatory Project et the iLab-Africa Project.


Troisième Mandat de Kagame nécessaire ? Opinion d’observateurs

La question du troisième mandat de Kagame telle qu’évoquée par les étudiants de Tufts University est également sur toutes les lèvres dans les salons des Kigalois.

L’opinion est divisée à ce sujet. Une certaine opinion cléricale pense qu’il faut se conformer aux règles sacro saintes d’alternace démocratique, qu’à défaut d’y arriver, le rwandais devrait emprunter l’expérience démocratique à la tanzanienne où les présidents qui se succèdent sont issus du même parti de Nyerere, le CCM (Chama Cha Mapinduzi).

D’aucuns pensent que cette question ne devrait pas être posée comme une hantise pour satisfaire les vœux de l’Occident démocratique, lequel Occident a enfanté l’actuelle voie démocratique après des siècles de tâtonnements et de bafouillement, période aucours de laquelle il a créé des richesses sociales énormes sur fond d’injustices criantes souvent externes, il est vrai, avec l’esclavagisme d’abord, puis le colonialisme, mais aussi interne avec des régimes autocratiques qui ont favorisé les cartels, les trusts ; bref un capitalisme de monopole qui a fait la puissance économique de l’Occident du 19eme siècle.

Le reste, le semblant règne démocratique actuel n’étant que l’ameublement et l’aboutissement du réformisme proudhommien.

« De la barbarie rwandaise de 1994 avec le génocide des Tutsi à la déchéance politique et morale généralisée, d’aucuns se demandent si les gens gérant les destinées du pays peuvent tolérer d’autres qui s’amusent à former une pléthore de petites formations politiques qui, souvent, européocentrées, démobilisent de par les idéologies rétrogrades dont elles ne se désolidarisent pas.

S’il faut réhumaniser la société rwandaise, s’il faut la moraliser et la repolitiser positivement, il ne faut plus jouer. Il faut quelqu’un de musclé exerçant une dictature responsable », a confié Déo Ntarugera, un consultant et observateur politique rwandais faisant allusion à Kagame et à la nécessité pour les intellectuels et autres observateurs politiques de la région, d’envisager un autre prisme de réflexion sur la nouvelle marche de la gestion de la société rwandaise.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité