00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

Des voix internes contredisent la position américaine sur le génocide contre les Tutsi

Redigé par Franck_Espoir Ndizeye
Le 17 avril 2024 à 10:54

Les États-Unis d’Amérique font face à des critiques pour leur usage des termes inappropriés relatifs au génocide perpétré contre les Tutsi en 1994 au Rwanda. Un membre du Parlement américain a présenté une proposition de loi à la chambre du parlement visant à nommer explicitement ce génocide « Génocide perpétré contre les Tutsi » plutôt que d’utiliser d’autres appellations.

Ce sujet a été l’un des points principaux lors de la 30e Commémoration du Génocide perpétré contre les Tutsi, qui s’est déroulée lundi soir au Capitole, à Washington DC.

Au cours de cette cérémonie, trois membres du Congrès américain, y compris Trent Kelly, âgé de 58 ans et membre du Parti républicain, ont affirmé leur engagement à utiliser le terme correct pour désigner le génocide contre les Tutsi de 1994 au Rwanda.

Kelly Dans son allocution, il a souligné que les dirigeants américains devraient abandonner l’usage de termes qui minimisent cette tragédie.

Il a déclaré : « Les faits sont les faits, ce n’est pas le génocide rwandais, mais le génocide de 1994 perpétré contre les Tutsi au Rwanda. Je demande à l’administration du Département d’État d’utiliser l’appellation correcte. »

« J’ai proposé une résolution parlementaire pour que les États-Unis adoptent la définition officielle du génocide. Nous avons l’obligation morale de veiller à ce que les leçons de l’histoire ne soient pas oubliées et que les voix des victimes soient entendues », a-t-il ajouté.

Ces déclarations font suite à une période où les États-Unis ont continué à éviter l’utilisation des termes appropriés pour désigner le génocide contre les Tutsi.

Plus récemment, le 7 avril, alors que le Rwanda entamait la Semaine de la 30e Commémoration du génocide perpétré contre les Tutsi, le secrétaire d’État américain aux Affaires étrangères, Antony Blinken, a encore une fois utilisé une formulation inexacte du génocide. Sur la plateforme X, il écrivait : « Les États-Unis se tiennent aux côtés du peuple rwandais pendant Kwibuka 30 pour se souvenir des victimes du génocide. Nous pleurons les nombreuses victimes tutsi, hutu, twa et d’autres qui ont perdu la vie pendant 100 jours de violence indicible. »

Trent Kelly Dans a souligné que les dirigeants américains devraient abandonner l'usage de termes qui minimisent le génocide perpétré contre les Tutsi

Le subordonné a pris le contre-pied de son supérieur

Malgré les termes utilisés par Antony Blinken, il semble que ses collègues au Département d’État aient une opinion différente. Lors de la cérémonie commémorative au Capitole, un représentant du bureau de Blinken a exprimé des propos qui contredisaient ceux de son supérieur.

Le Département d’État américain, sous la direction de Blinken, est responsable des relations internationales des États-Unis. Chaque région du monde est représentée par un officier spécifique au sein de ce département, comme l’Afrique, l’Asie, l’Europe, entre autres.

Corina Sanders, la secrétaire adjointe pour les affaires africaines au Département d’État, présente à la cérémonie, a prononcé un discours divergeant nettement des déclarations habituelles de Blinken.

Elle a affirmé : « En nous joignant au souvenir des victimes et en réaffirmant notre soutien au peuple rwandais dans ses efforts continus pour l’unité et le renouveau, nous nous opposons à toute tentative de déformation du dossier historique à des fins politiques, et nous nous opposons fermement à toute négation ou minimisation du génocide qui a ciblé les Tutsi. »

Jonathan Jackson, représentant de l’Illinois au Congrès américain et membre du parti démocrate au pouvoir, était également présent. Il a loué le leadership du président Kagame, qui a mené le Rwanda vers la fin du génocide ainsi que vers l’unité et la réconciliation.

Il a déclaré : « Je salue le président Paul Kagame pour son leadership qui a guidé le pays vers la guérison, la réconciliation et l’unité. Son courage, son dévouement et sa capacité à faire progresser le pays après le génocide en font l’une des économies les plus dynamiques du monde. Le Rwanda reste un phare pour de nombreux pays africains et pour le monde entier. »

La députée Sheila Cherfilus-McCormick, représentante de l’État de Floride, a souligné que le génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda en 1994 devrait être un réveil pour le monde entier, incitant tous les pays à œuvrer pour éviter que de telles tragédies ne se reproduisent. Elle a félicité les progrès réalisés par le Rwanda depuis le génocide pour devenir un pays modèle.

Elle a exprimé : « J’ai été impressionnée par les progrès de votre administration en matière de développement, de lutte contre la corruption et d’amélioration de la gouvernance. Je salue le président Paul Kagame et les Rwandais pour leur leadership et leur engagement à construire le Rwanda que nous voyons aujourd’hui, qui sert de modèle à d’autres pays. »

La cérémonie a également vu la présence du ministre de la Justice du Rwanda et Mandataire de l’Etat, Dr Emmanuel Ugirashebuja, qui a souligné que le souvenir doit aussi s’accompagner de la responsabilité d’empêcher que la tragédie qui a frappé le Rwanda ne se reproduise.

La députée Sheila Cherfilus-McCormick, représentante de l'État de Floride, a souligné que le génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda en 1994 devrait être un réveil pour le monde entier, incitant tous les pays à œuvrer pour éviter que de telles tragédies ne se reproduisent

L’Amérique fait toujours face à l’ombre de la honte de 1994

Le 15 mars 1998, lors de sa première visite au Rwanda, Bill Clinton a été accueilli à l’aéroport par un groupe de survivants du génocide. Quatre ans seulement après les événements, les plaies étaient encore vives pour beaucoup. Profondément touché par leurs témoignages, il a exprimé ses regrets pour l’inaction de son administration et celle de la communauté internationale face au génocide contre les Tutsi.

Cette marque de honte persiste encore aujourd’hui pour nombre de personnes.

La politique des États-Unis concernant leur réaction lors du génocide contre les Tutsi peut être analysée sous plusieurs angles. En juillet 1994, peu après le génocide, l’administration Clinton a déployé des troupes et du personnel pour aider les réfugiés touchés par le choléra dans l’ex-Zaïre, leur apportant nourriture, couvertures, tentes et autres fournitures.

Des hauts fonctionnaires de l’administration Clinton se sont rendus dans les camps de réfugiés, où le soutien était une priorité pour la Maison Blanche, le Pentagone et d’autres institutions américaines majeures. Cette intervention contraste nettement avec l’absence de réaction initiale alors que les massacres des Tutsi reprenaient. Dès 1993, les États-Unis étaient conscients de la tension croissante au Rwanda, un sujet abordé lors des pourparlers d’Arusha.

L’administration Clinton a reconnu à plusieurs reprises que ses décideurs n’avaient pas pleinement saisi l’ampleur de la situation au Rwanda. Les États-Unis n’ont pas appliqué les normes internationales de 1948 pour prévenir et punir le crime de génocide, malgré la persécution continue des Tutsi.

Des documents classifiés, devenus publics par la suite, révèlent que dès les 16 premiers jours du génocide contre les Tutsi, des responsables de la Maison Blanche avaient qualifié les événements de « génocide », mais avaient choisi de ne pas l’annoncer publiquement, car on leur avait signalé que le président ne souhaitait pas intervenir.

Les rapports de renseignement américains avaient informé les hauts membres du gouvernement et le président lui-même que le complot au Rwanda visait « l’extermination totale des Tutsi », et qu’il serait exécuté conformément aux plans établis.

Des documents du Bureau de la sécurité intérieure des États-Unis indiquent que Clinton et son vice-président, Al Gore, recevaient quotidiennement des rapports de la CIA sur les assassinats de Tutsi.

Corina Sanders a prononcé un discours divergeant nettement des déclarations habituelles de Blinken

Accordez-nous une journée de répit, s’il vous plaît !

Le président Kagame a récemment exprimé qu’il n’était plus étonné par les réactions des États-Unis envers le Rwanda, soulignant que dès 2014, il avait initié l’envoi d’une lettre aux autorités américaines. Cette lettre stipulait que, pendant les périodes de commémoration du génocide perpétré contre les Tutsi, les États-Unis devraient observer une conduite pacifique et respectueuse envers le Rwanda, permettant ainsi au pays de se recueillir et de commémorer ses tragédies dans la sérénité.

Dans une récente interview accordée aux médias après le début de la Semaine de la 30e commémoration du génocide perpétré contre les Tutsi, le 8 avril, le président Kagame a déclaré : « Dans une correspondance, nous leur avons dit que cela ne pose aucun problème s’ils souhaitent se joindre à nous dans les commémorations. Mais ce que nous leur demandons, c’est une chose : ‘à l’approche du 7 avril, pourriez-vous vous associer à nous pour la commémoration et mettre de côté toute autre chose’ ? »

Il a ajouté : « Une année compte 365 jours. Consacrez-nous le 7 avril pour commémorer ensemble, et utilisez les 364 autres jours pour critiquer ce que vous n’appréciez pas chez nous. Faites cette distinction : rejoignez-nous pour une journée de souvenir et consacrez le reste de l’année à vos critiques, si vous le souhaitez. »

Mathilde Mukantabana, Ambassadrice du Rwanda aux États-Unis, salue les dirigeants américains de divers secteurs présents à la cérémonie
L'ambassadrice du Rwanda aux États-Unis, Mathilde Mukantabana, en compagnie de l'ambassadeur du Maroc aux États-Unis et d'autres invités, dont Chidi Blyden, ancienne secrétaire adjointe à la Défense pour les Affaires africaines
Peterson Mwesigye, l'Attaché de Police à l'Ambassade du Rwanda auprès de l'ONU à New York, a assisté à la cérémonie
Des Rwandais et leurs amis participant à la cérémonie
La cérémonie a également vu la présence du ministre de la Justice du Rwanda et Mandataire de l’Etat, Dr Emmanuel Ugirashebuja
Immaculée Gakwaya Songa a livré un témoignage sur la manière dont elle a survécu au génocide

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité