Urgent

Le rapport d’experts onusiens sur la RDC cite les FDLR comme témoin de la présence des RDF en RDC

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 12 janvier 2021 à 02:54

Le Groupe d’Experts onusiens opérant dans le sillage de la Monusco en RDC vient de publier son rapport annuel 2020 sur l’état de la sécurité du territoire congolais. Il produit les FDLR/Forces Démocratiques de Libération du Rwanda comme témoins fiables approuvant que les militaires des RDF/ Forces Rwandaises de la Défense se sont invitées encore une fois dans l’Est de la RDC. Ce rapport n’ose dire que ces troupes des RDF, si réellement elles sont en RDC, qu’elles travaillent main dans la main avec les troupes congolaises dans la traque dirigée principalement contre ces FDLR en question. Ce passage dans le rapport 2020 d’Experts onusiens montre que les FDLR sont considérées par la Monusco comme un leader d’opinion fiable. Et tout est dit !

Le Gouvernement rwandais balaye ces « élucubrations ». Pour lui, la RDC et le Rwanda ont signé des accords d’échange d’informations militaires pour accompagner les FARDC dans leur travail de ratissage de l’Est de la RDC pour l’épurer des groupes armés étrangers y compris les FDLR, MRCD-FNL ou CNRD rwandaises qui mettent à mal la sécurité et la paix de l’Est de la RDC.

Ce mouvement des FDLR listé comme groupe terroriste et qui ne cesse de le montrer en faisant des escarmouches sanguinaires au Rwanda, comment peut-il être ainsi considéré par une respectable organisation internationale de maintien de la paix qu’est la Monusco ? Le dit rapport abordant ce sujet de témoignage de la présence des RDF en RDC écrit :

Notez en passant comment ces experts onusiens semblent prendre en grand respect les déclarations de ces FDLR, adversaires parfaits des RDF et présumés criminels de guerre et de génocide des Tutsi du Rwanda de 1994. Les Experts listent les FDLR dans l’ensemble de leaders d’opinion congolais et étrangers respectés. Le ridicule ne tue pas, a-t-on dit ?

Ce rapport ne donne pas un compte rendu des débats riches en rebondissement entre la classe politique congolaise sur la question cruciale de la reconnaissance de la pleine nationalité indiscutable des Banyamulenge des Hauts Plateaux d’Itombwe en Province du Sud Kivu. Il ne se satisfait pas du tout des prestations des FARDC dans l’Est de la RDC suivant les promesses que le nouveau Président congolais Félix Antoine Tshisekedi aux peuples de l’Est de la RDC comme quoi leur région sera pacifiée coûte que coûte pour qu’ils puissent vaquer en toute tranquillité à leurs activités économiques.

Non ! Le grand crime qu’il préfère soulever est que les forces rwandaises de la Défense n’ont pas de droit de poursuite des Interahamwe dans les brousses congolaises même avec un accord secret des FARDC sans que cela soit porté à la connaissance de la Communauté Internationale. Timidement, il trouve que la RDC approuve cette incursion des éléments de RDF qui sont allés porter des coups à leurs chères FDLR. Il accuse les RDF/Forces Rwandaises de Défense de complicité avec les FARDC dans la traque des groupes armés illégaux opérant dans l’Est de la RDC, essentiellement les FDLR et autres MRCD-FLN de Paul Rusesabagina de qui d’autres incriminations contre le Rwanda tombent à propos du mode de son arrestation. Mais ça c’est une autre histoire.

Un chercheur de l’Ecole de Journalisme, près l’Université du Rwanda trouve que Ce Groupe d’Experts onusiens a commis une grave erreur de mentionner des éléments des FDLR sur la liste des témoins de l’incursion des RDF en RDC.

« Et puis ce rapport est tellement pauvre. C’est comme qui dirait qu’il est tendancieux. L’on sait le souci du Gouvernement congolais de Félix Antoine Tshisekedi du retour de la sécurité et la tranquillité dans l’Est de la RDC. Il l’a même promis aux populations de cette partie du pays.
Comment ces Experts onusiens croient-ils pactiser avec les FDLR qui, quand cela sera prouvé, sont à la base de la prolifération des groupes armés locaux, ceux-la qui créent une anarchie très souhaitée par les prospecteurs miniers illégaux et autres braconneurs du bois rouge des forêts vierges congolaises interdit d’exploitation par des conventions internationales ?
Non ! Ce rapport 2020 d’Experts onusiens n’a pas une rigueur scientifique. Il est tout sauf impartial », a dit le Chercheur qui s’est tu sur le maintien de l’apparemment inutile forte Monusco avec ses 20.000 Casques Bleus qui ne sait quoi penser du calvaire de citoyens congolais égorgés au jour le jour et forcément déplacés par des groupes armés qui doivent avoir leurs agenda cachés et téléguidés par des forces obscures locales et internationales.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité