00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Les TIC, un manque criant dans les universités au Burundi

Redigé par INGABIRE Luc-Noël
Le 21 août 2013 à 05:05

Les progrès dans l’accès aux nouvelles Technologies d’information et de communication (TIC en sigles) dans les universités au Burundi restent encore à désirer. Les étudiants des universités, tant publiques que privées ne cachent pas leurs sentiments de désolation.
Dans un entretien avec des étudiants des universités privées et publiques de Bujumbura, ils déplorent l’état des lieux sur la disponibilité des nouvelles technologies de l’information et de communication. Le problème commun dans toutes ces (...)

Les progrès dans l’accès aux nouvelles Technologies d’information et de communication (TIC en sigles) dans les universités au Burundi restent encore à désirer. Les étudiants des universités, tant publiques que privées ne cachent pas leurs sentiments de désolation.

Dans un entretien avec des étudiants des universités privées et publiques de Bujumbura, ils déplorent l’état des lieux sur la disponibilité des nouvelles technologies de l’information et de communication. Le problème commun dans toutes ces institutions universitaires est le manque criant de l’outil informatique suffisant, entre autres les ordinateurs et la connexion internet.

KAYOGERA Laurent

Parlant de deux cas d’une université privée de Bujumbura, à savoir, l’Université Lumière de Bujumbura, le problème des TIC (Technologies d’information et de communication) existe et constitue une entrave au développement de la finesse des connaissances acquises en classe.
Selon Kayogera Laurent, un étudiant de l’Université Lumière de Bujumbura (ULBu), le manque des ordinateurs suffisant et le non-accès à une connexion internet performante sont une perte énorme pour le monde estudiantin de l’Université Lumière de Bujumbura. Les étudiants de cette université, bien qu’ils affichent un engouement à l’usage des TIC, l’université n’a pas encore honoré ces promesses malgré les multiples réclamations de la part des étudiants.

KURIYO Benjamin, étudiant à l'UB

Quant à l’Université du Burundi(UB), Kuriyo Benjamin, un étudiant à cette université nationale indique que l’accès aux TIC est encore limité. La bibliothèque centrale de cette université, la plus grande au Burundi, limite les recherches des étudiants à cause du nombre très réduit d’ordinateurs disponibles. "on n’a pas le droit de consulter les mails bien que des fois certains professeurs envoient les notes de cours sur nos adresses électroniques. Ce qui est catégoriquement prohibé c’est de consulter les réseaux sociaux quel que soit la raison de la recherche qu’on mène », a-t-il lancé.
Benjamin a également ajouté : « A la bibliothèque de Chaire UNESCO, les sites web de tous les réseaux sociaux ont été bloqués. »

Un professeur d’université ayant requis l’anonymat nous confie : « La situation des TIC dans les universités est catastrophique. Le matériel informatique manque, la connexion internet de même et par conséquent il devient impossible d’avoir des bibliothèques numériques ».
Ainsi, se tracent les maux qui hantent l’épanouissement des connaissances dispensées dans les universités burundaises. Les étudiants et les professeurs convergent sur l’idée que l’accessibilité aux TIC constitue un préalable dans l’enseignement supérieur au Burundi.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité