00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Le Kenya gracie plus de 130 migrants éthiopiens emprisonnés

Redigé par Mutni
Le 4 mars 2022 à 02:10

Selon l’ambassadeur d’Éthiopie au Kenya, Meles Alem, les Éthiopiens ont été libérés de six prisons différentes autour de la capitale, Nairobi.

Les Éthiopiens ont été détenus dans les centres de détention de Kiambu, Gigiri, Pangani, Jogoo, Buruburu et Dandora pendant une période allant de un à neuf mois.

M. Alem a déclaré que les prisonniers avaient été renvoyés chez eux après avoir été libérés grâce à une grâce.

Cependant, il n’a ni révélé les circonstances de leur libération (des migrants), ni mentionné quand ils ont été libérés ou renvoyés chez eux.

Le diplomate n’a pas répondu aux demandes de la Nation.

"Le Kenya a gracié 139 Éthiopiens qui étaient entrés illégalement au Kenya pour se rendre en Afrique du Sud", a partagé l’ambassadeur sur sa page Facebook officielle.

"Nous remercions le gouvernement kenyan pour sa miséricorde", a-t-il ajouté.

Auparavant, les autorités kenyanes avaient arrêté des centaines de migrants illégaux, dont plusieurs trafiquants d’êtres humains en provenance d’Éthiopie.

Encouragés par des pairs qui réussissent, tous les deux ans, des centaines de migrants éthiopiens entreprennent le voyage précaire à travers plusieurs pays africains dans leur rêve d’atteindre l’Afrique du Sud à la recherche d’un meilleur travail.

Beaucoup commencent leur voyage en entrant illégalement au Kenya voisin avant de traverser vers la Tanzanie, qui est souvent utilisée comme voie de transit pour les Africains de l’Est migrant vers l’Afrique du Sud.

L’année dernière, l’ancien président tanzanien Joseph Magufuli a ordonné la libération de 1 789 Éthiopiens emprisonnés pour être entrés illégalement dans le pays.

La grâce de M. Magufuli est intervenue après une rencontre avec son homologue éthiopien Sahle-Work Zewde, qui était en tournée officielle en Tanzanie.

Bien que l’Éthiopie soit considérée comme l’une des économies à la croissance la plus rapide du continent, des taux de chômage élevés associés à des conflits poussent des milliers de personnes à quitter le pays à la recherche d’emplois lucratifs.

Les jeunes femmes éthiopiennes migrent par milliers vers les pays riches du Golfe à la recherche de meilleurs emplois.

Cependant, bon nombre de ces migrants économiques sont soumis à diverses formes d’abus de la part de leurs employeurs, notamment au viol, à la torture et même à la mort.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité