00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

IBUKA demande à Blinken de retirer sa déclaration vague sur le génocide contre les Tutsis

Redigé par
Le 21 avril 2024 à 05:40

Les survivants du génocide contre les Tutsis de 1994 demandent maintenant le retrait d’une déclaration émise par le secrétaire d’État américain Anthony Blinken à l’occasion du 30e anniversaire, appelé ’Kwibuka30’.

À travers Ibuka, une organisation de survivants, les survivants ont exprimé leur désaccord avec la déclaration de Blinken publiée sur la plateforme X le 7 avril, la qualifiant de choquante, offensante et trompeuse.

Selon Ibuka, la publication de Blinken n’a pas mis en avant la cible spécifique du génocide de 1994 - les membres de la communauté tutsie - qui étaient marqués pour extermination, comme l’a établi la Chambre de première instance du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Blinken avait, dans une déclaration générale qui a suscité des condamnations, déclaré que le génocide visait les Tutsis, les Hutus et les Twas au Rwanda.

"Mr. le Secrétaire d’État Blinken, en ne déclarant pas explicitement que le génocide visait spécifiquement les Tutsis, votre déclaration obscurcit les victimes principales et intentionnelles. Bien que certains Hutus et Twas aient également perdu la vie, ils n’étaient pas les cibles principales ; le génocide visait principalement à exterminer la population tutsie. En effet, ce sont des factions extrémistes hutu qui ont orchestré ces atrocités", lit-on dans la lettre signée par des hauts responsables de l’organisation.

Les survivants ont déploré que la déclaration contredise de manière flagrante la définition du génocide telle qu’énoncée à l’article II de la Convention des Nations Unies pour la prévention et la répression du crime de génocide adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 8 décembre 1948.

"La convention définit le génocide comme un ’crime commis dans l’intention d’éxterminer, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, en tant que tel’", a noté Ibuka.

L’organisation a déclaré qu’il était impossible que le génocide de 1994 vise "les Tutsis, les Hutus, les Twas et d’autres" de manière indiscriminée comme l’a prétendu Blinken.

"Cela signifierait qu’il y avait trois génocides distincts au Rwanda - un contre chaque groupe. Alternativement, un seul génocide contre le groupe national rwandais, ce qui signifierait que les victimes auraient été ciblées, non pas pour leur ’ethnicité’ mais pour leur nationalité rwandaise. Et nous savons que les deux options ne sont pas historiquement vraies", a ajouté Ibuka.

La déclaration de Blinken, selon Ibuka, a retraumatisé de nombreux survivants et exacerbé leur douleur, tout en sapant les efforts pour faire progresser la connaissance et la compréhension du génocide et des droits de l’homme.

Les survivants veulent maintenant que Blinken retire sa déclaration et en émette une nouvelle qui ne déforme pas les faits sur le génocide contre les Tutsis qui a fait plus d’un million de morts.

"Ainsi, nous sommes profondément blessés et indignés par votre déclaration trompeuse émise lors d’une journée de deuil et de réflexion pour la perte de vies tutsies. Nous vous exhortons à rectifier cette représentation erronée en retirant votre déclaration précédente et en émettant une nouvelle déclaration qui reflète fidèlement les vérités historiques du génocide contre les Tutsis de 1994", ont-ils exigé.

Récemment, Trent Kelly, un membre de la Chambre des représentants du premier district du Mississippi, a également appelé le gouvernement américain à adopter le nom correct pour le génocide de 1994 contre les Tutsis.

Il a déclaré avoir introduit une résolution appelant le gouvernement à adopter la définition officielle du génocide, une mesure, a-t-il dit, qui permettrait de ne pas oublier les leçons de l’histoire douloureuse du Rwanda.

Le député a pris la parole au Capitol Hill à Washington D.C, où des membres du corps diplomatique, du Congrès, du monde universitaire, des médias, de la communauté rwandaise et des amis du Rwanda se sont réunis pour rendre hommage aux victimes du génocide de 1994 contre les Tutsis.

Selon Ibuka, la publication de Blinken n'a pas mis en avant la cible spécifique du génocide de 1994 - les membres de la communauté tutsie

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité